PATRICK BRUEL

Aller en bas

PATRICK BRUEL

Message  Stephane le Mar 28 Nov 2006 - 23:59



Né Patrick Maurice Benguigui, le 14 mai 1959 à Tlemcen, alors en Algérie française, il a été autorisé, par décret du 21 août 2003 paru au Journal officiel, à changer son nom de famille en Bruel-Benguigui.

En 1960, ses parents, tous deux enseignants, se séparent. Le jeune garçon est élevé par sa mère, une institutrice. Elle se remarie plus tard, lui donnant deux demi-frères.

En 1962, à l'indépendance de l'Algérie, sa famille est contrainte, comme tous les Pieds-Noirs de quitter le pays, dont il ne conserve que très peu de souvenirs. Patrick et sa mère s'installent tous deux à Argenteuil, en banlieue parisienne. À l'âge de 5 ans, il découvre Brel, Brassens, Gainsbourg... et se prend d'affection pour ces chanteurs. De là découle son goût pour la musique. Les années passent et il n'est pas rare de retrouver le jeune Patrick Benguigui et sa bande passer des samedi soirs entiers à reprendre à la guitare les morceaux de ces artistes.

En 1965, l'adolescent se passionne pour le théâtre après une représentation de L'Idiot de Dostoïevski. Nouvelle révélation musicale quatre ans plus tard, cette fois après un concert de Serge Reggiani.

Malgré une interdiction parentale, à 14 ans, il se rend à Bruxelles pour y voir un concert des Rolling Stones. Il en ressort impressionné et se met à écouter les grands groupes rock de l'époque : Led Zeppelin, Deep Purple...

En plus de la musique, Patrick Benguigui est très doué pour le football. Son niveau est tel qu'à 15 ans, on lui propose d'intégrer un centre de formation. Mais se heurtant au refus familial, il doit abandonner ce projet qui, peut-être, l'aurait mené aux sommets de ce sport.

En 1975, il assiste à un concert de Michel Sardou à L'Olympia. Fasciné par cette prestation, il décide que lui aussi deviendra chanteur. Sur le plan scolaire, il étudie au prestigieux lycée Henri-IV, où il passe pour un élève brillant mais turbulent, ce qui ne l'empêchera pas de décrocher un bac économique avec une mention Bien.

Patrick Benguigui se lance alors dans le théâtre, qu'il abandonne après deux heures de cours d'art dramatique. À la recherche d'un petit job, il décroche une place de GO (animateur) au Club Méditerranée. , et fait ainsi son apprentissage de la scène.

Le 18 juin 1978, il répond à une annonce de casting parue dans France-Soir et obtient le premier rôle, aux côtés de Roger Hanin et Marthe Villalonga, du Coup de Sirocco d'Alexandre Arcady.

Bien que connu du jour au lendemain, le jeune homme préfère s'isoler en partant rejoindre une amie brésilienne à New York. Sur place, il fera la connaissance de l'un de ses plus fidèles amis : Gérard Presgurvic. Il restera un an aux États-Unis, avant de retrouver Paris et les bancs de la faculté pour des cours d'économie.

Entre 1981 et 1983, on le voit sur les planches du théâtre Saint-Georges, à Paris, dans la pièce Le Charimari. Au même moment, il se lance aussi dans une nouvelle aventure : la chanson - ainsi, sort Vide en 1982, un tube qui passera relativement inaperçu - et le public le découvre dans Les Diplômés du dernier rang, un film surfant sur la vague des Sous-doués. Puis, le jeune comédien retrouve Alexandre Arcady pour la suite du Coup de Sirocco : Le Grand Carnaval.

L'année 1984 est grand succès musical, avec Marre de cette nana-là, marqué notamment par son premier passage télévisé dans La Chance aux chansons de Pascal Sevran. Un an plus tard, Patrick Bruel rejoint Fabrice Luchini sur le tournage de PROFS, qui fera près de 3 millions d'entrées.

En 1986, il sort son premier album, Deux faces. Malgré un succès relatif, le disque lui vaut quand même l'honneur de faire L'Olympia. Peu de temps après, le public le retrouve au générique du film Attention bandits de Claude Lelouch, puis dans le rôle d'un soldat blessé dans La Maison assassinée de Georges Lautner.

Patrick Bruel sort un nouvel album en 1989 : Alors regarde. Immense succès, avec des titres incontournables comme Casser la voix ou Place des grands hommes - composée pour une émission « Avis de recherche », où les copains d'enfance de Patrick Bruel étaient réunis. Cette même année, l'artiste devient incontournable et obtient les rôles titres de pas moins de deux films : L'Union sacrée et Force majeure. Preuves du succès : Patrick Bruel peut arrêter de chanter en concert, les spectatrices prennent le relais ; et c'est cette chanson qui a servi aux caricaturistes pour moquer le chanteur.

Les années 90 arrivent et Patrick Bruel devient un véritable phénomène médiatique. Adulé des foules, il compte des centaines de groupies, souvent jeunes, qui donneraient tout pour l'approcher. C'est le début de la « Bruelmania ». Interviennent alors plusieurs événements assez désagréables, dont l'épisode de la « pizzeria sur les Champs-Élysées », où parti dîner tranquillement avec des amis, il se retrouve assiégé par de nombreux fans.

En 1991, l'artiste se positionne clairement contre le Front national et son leader Jean-Marie Le Pen, lors de l'émission "7 sur 7". Deux ans plus tard, Patrick Bruel est à l'affiche de Profil bas ; malgré sa popularité, le long métrage sera un échec. Le chanteur Bruel revient en 1994, avec un album enregistré entre New York et Toulouse ; il se produit alors à Bercy, puis décide de s'isoler. Il devient alors plus rare et partage son temps entre voyages, cinéma et copains.

En 1995, il obtient un petit rôle dans la comédie Sabrina, aux côtés d'Harrison Ford, et annule tous ses concerts dans les villes passées sous bastion Front national (Orange, Toulon…), ce qui lui vaudra les foudres de Jean-Marie Le Pen. Un an plus tard, il est à l'affiche, avec Jean Reno, du film Le Jaguar. Puis, ce sont les retrouvailles avec Alexandre Arcady, pour K.

Passionné depuis tout jeune par le poker, il participe régulièrement à des compétitions, et finit Champion du monde en 1998 puis vice-champion en 2002. Entre temps, Patrick Bruel, âgé de 40 ans, sort un album plus intimiste, intitulé Juste avant. Après cinq ans d'absence, c'est le grand retour vers la scène : stade de France, Fête de l'humanité…

En 2001, l'acteur interprète un producteur de variété dans le drame Les Jolies Choses et est également à l'affiche du Lait de la tendresse humaine. Un an plus tard, le chanteur sort un nouvel album, une compilation de reprises de chansons de l'entre-deux-guerres, sobrement titré Entre-deux : nouveau succès qui le propulse sur les scènes du Casino de Paris et de L'Olympia. En même temps, il retrouve les planches, après dix-sept ans d'absence, pour la pièce Le Limier.

Il obtient le premier rôle d'Une vie à t'attendre, en 2004, aux côtés de Nathalie Baye.

Patrick Bruel a épousé le 21 septembre 2004, sa compagne Amanda Maruani, 24 ans, à la mairie du IVe arrondissement de Paris. Les deux époux se sont rencontrés à Saint-Tropez en 2001. Ils ont un enfant, Oscar, né le 19 août 2003. Deux jours après cette naissance, Patrick Maurice Benguigui a été autorisé à s'appeler officiellement Patrick Bruel par un décret publié au Journal officiel.

Patrick Bruel n'en est pas moins un artiste engagé ; il vient de sortir le single Et puis la Terre, accompagné d'une soixantaine d'artistes, dont les fonds seront intégralement reversés aux victimes du tsunami du 26 décembre 2004 en Asie du Sud-Est. Parallèlement, il vient de participer à un grand concert, à L'Olympia, pour obtenir la libération des otages Florence Aubenas et Hussein Hanoun.

Titres présents dans le Top:



Comment ça va pour vous ? (Entré le 04 Aout 1985)
avatar
Stephane
Fondateur

Nombre de messages : 6851

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum